Selon votre propre vécu et vos besoins spécifiques, nous pouvons vous offrir un accompagnement individuel ou de groupe. Il existe actuellement plusieurs formules permettant de participer à un accompagnement de groupe, dont les groupes de soutien hebdomadaires (d’une durée de 8 semaines), les rencontres thématiques mensuelles ainsi que les groupes de soutien pour les parents en deuil ainsi que pour les personnes endeuillées suite à un suicide. Quel que soit l’accompagnement choisi, ces services vous permettront de :

 Mieux comprendre le processus de deuil que vous vivez actuellement

Exprimer ce que vous vivez en lien avec le deuil dans un espace aimant et sécurisant

 Vous sentir accompagné par une personne ou un groupe qui comprend votre situation, sans jugement

 Retrouver votre clarté d’esprit, votre équilibre personnel et vos repères

 Identifier les ressources dont vous avez besoin pour faire face à cette épreuve sereinement

 Retrouver plus de bien-être, de paix, de sérénité et de goût en la vie

Si vous avez besoin de soutien afin de mieux vivre votre deuil et que les services que nous offrons vous interpellent, nous vous invitons à nous contacter.

EXEMPLES DE CAS

Voici des exemples de personnes pour qui nos services d’accompagnement ont été bénéfiques (note – pour préserver la confidentialité, le contexte et les noms choisis sont purement fictifs):

ciel-feuillu

Michelle

Michelle est une mère de famille monoparentale qui travaille fort pour subvenir aux besoins de sa famille. En ce qui concerne ses enfants, elle peut toujours compter sur le support sans faille de sa mère, très présente et aidante. Mais lorsque celle-ci tombe malade, tout bascule. N’ayant ni frère ni sœur, c’est Michelle qui doit s’occuper toute seule de sa mère, tout en continuant d’élever ses 2 enfants sans le soutien dont elle bénéficiait avant. Après le décès de sa mère, un an plus tard, Michèle perd pied et se sent désemparée comme jamais. Son médecin lui diagnostique un burnout avec troubles anxieux.

Lucie

Lucie a perdu sa nièce de 12 ans, Sophie, décédée des suites d’une leucémie. Lucie passait beaucoup de temps avec Sophie depuis son plus jeune âge. Elles étaient très complices, et fortement attachées l’une à l’autre. N’ayant pas d’enfant elle-même, Sophie était comme la fille adoptive de Lucie. Suite au décès de Sophie, Lucie se replie sur elle-même. Personne ne comprend l’ampleur de son chagrin. Tout le monde semble mal à l’aise de lui parler de la situation, y compris son propre frère, le père de Sophie. Au travail, elle n’est plus que l’ombre d’elle-même, alors qu’avant, elle était pleine d’entregent et fourmillait d’idées.

moi-1
groupe-de-partage

Robert

Robert est à la retraite avec sa femme Carole. Ils voyagent et profitent de la vie ensemble, jusqu’à ce que Carole décède lors d’un terrible accident de voiture causé par un conducteur ivre. Submergé de haine envers le chauffard, en état de choc, Robert s’occupe des formalités liées au décès dans un brouillard total. Ce n’est qu’ensuite qu’il réalise qu’il vient de perdre non seulement l’amour de sa vie mais aussi sa meilleure amie et complice de tous les jours. Se sentant seul et triste, il se met à boire puis à sombrer dans la dépression.

Paul

Paul, le frère de Jacques, s’est suicidé dans la quarantaine. Enfants, Jacques et Paul étaient très proches, mais ils se sont éloignés à l’âge adulte, après avoir déménagé dans des villes éloignées l’une de l’autre. Jacques se sent coupable : il pense qu’il aurait pu empêcher son frère de s’enlever la vie s’il avait été plus présent et attentif. Il n’arrête pas d’y penser, et cela affecte ses relations interpersonnelles. Son épouse lui reproche d’être devenu froid et distant, et il est irrité au travail. Il a de plus en plus de difficulté à se concentrer et à dormir.

deces
jeanne

Jeanne

Jeanne est une femme indépendante. Bardée de diplômes et ambitieuse, elle travaille à son compte comme consultante en gestion. Sa pratique est florissante. Comme tout va pour le mieux, elle s’achète un condo luxueux et une nouvelle voiture. Puis soudainement, Jeanne se retrouve à l’hôpital en raison d’une appendicite aiguë. Lors de son séjour, elle contracte la bactérie C. difficile, ce qui prolonge son hospitalisation de plusieurs semaines, durant lesquelles elle ne peut travailler. À sa sortie de l’hôpital, sa santé est encore vacillante et étant toujours fatiguée, elle ne peut travailler qu’à temps partiel. Les factures s’accumulent et elle n’arrive plus à joindre les deux bouts. Après avoir vendu son condo et sa voiture à perte, elle ne voit que du noir et aucune lumière au bout du tunnel.

Ce ne sont que quelques exemples de situations pour lesquelles vivre un accompagnement individuel ou participer à une activité de groupe peuvent être bénéfiques. Si vous vivez une situation semblable à celles vécues par les personnes citées dans ces exemples, ou que vous vivez une situation complètement différente mais ressentez le besoin d’être accompagné dans votre processus de deuil, communiquez avec nous afin que nous puissions déterminer ensemble le service qui vous convient le mieux.

©2018 Angèle Valiquette | Politique de protection de la vie privée | Termes et conditions | Contact

Réalisation : Bonheur en vrac

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

X